Filiatus - Les arbres graphiques


Ces arbres ne sont pas destinés à être imprimés. Ils permettent à l'utilisateur de visualiser en temps réel la progression du traitement des données après le lancement de la monographie.

1. L'arbre descendant par branches : ici, le programme déploie les branches et les sous-branches de la descendance d'Etienne Lignon et ses trois épouses. Les cases noires correspondent aux personnages dynastes (qui ont une descendance sur plus de 3 générations) de la branche aînée ; les cases jaunes correspondent aux cadets dynastes, dont la généalogie va être reportée dans un autre tableau, tel qu'il le sera précisé dans le texte "Catherine LIGNON. Auteur de la branche des LIGNON - LONGBOIS". Les cases blanches correspondent aux non-dynastes (qui ont une descendance sur moins de 3 générations), les cases bleues aux fins de branches. Les cases rouges ou roses correspondent aux personnages issus d'un implexe et dont la branche a été déployée auparavant. Il est à noter que la couleur de ces cases, ainsi que les liens qui unissent les personnages, varient selon le type de descendance choisie, "Descendance patronymique" ou "Descendance complète".




2. L'arbre descendant en arborescence : Si la descendance "par branches" est une innovation de Filiatus, la descendance "en arborescence" est, quant à elle, employée dans la généalogie informatique depuis longtemps. Mais, si tant est qu'un texte "en arborescence" pourra éventuellement s'inscrire dans un ouvrage généalogique, sa représentation graphique sera pratiquement impossible à éditer, tant l'arbre risque d'être volumineux, voire gigantesque. Trop de facteurs empêchent une telle édition, et notamment : l'indentation illimitée (un personnage à la quinzième génération risque de voir sa biographie écrite dans une largeur d'un centimètre, sur une hauteur d'une page) ; la lisibilité des fratries (un frère non dynaste pouvant se trouver reléguer à la dernière page de l'ouvrage). Seule la représentation graphique invite à suivre, d'une manière ludique et synoptique, le déroulement d'une généalogie.




3. L'arbre descendant par générations : C'est ce style de descendance qu'utilisent les 9/10e des éditeurs de logiciels. A vrai dire, cette technique, curieusement admise par les généalogistes d'aujourd'hui comme incontournable, ne fut jamais employée dans les siècles passés. Est-elle due à la logique plus mathématique que généalogique de leurs concepteurs ? Si ce moyen d'écrire une généalogie, par couches successives de cousins, est parfaitement indiqué pour créer des banderolles ou organiser des cousinades, en revanche, il n'est pas envisageable d'éditer de telles biographies, et encore moins le tableau (mural) correspondant. En employant cette méthode, ne nous étonnons donc pas d'avoir des problèmes à communiquer notre généalogie à notre entourage et encore moins que certains arrivent à écrire des livres et d'autres pas ! Filiatus offre tout de même la possibilité d'utiliser la "descendance par génération" afin d'être complet et peut-être de permettre de comparer... avec les autres méthodes.




4. L'arbre ascendant par générations : Si, dans les descendances, plusieurs techniques s'affrontent, ici, dans les ascendances, il n'existe qu'une seule règle : un père et une mère engendrés par un père et une mère, etc. Les mathématiciens peuvent donc s'en donner à coeur joie. Dans le cadre de la rédaction d'un ouvrage, une seule restriction : les arbres doivent être monopages et en cascade. C'est ce que Filiatus réalise automatiquement.




5. La généalogie complète : Dans tous ces exemples, le nombre de générations sélectionnées dans la liste déroulante pourra réduire ou agrandir le graphique. Si la généalogie ne comporte que 3 générations et que l'utilisateur en sélectionne 20, le graphique semblera écrasé. En sélectionnant une profondeur "Complète", le programme comprendra qu'il possède toutes les données pour formuler certaines phrases de la monographie et "conclure" les tableaux monopages.



       Télécharger Filiatus

Présentation de Filiatus  Les paramétrages  Les arbres graphiques  La saisie directe